Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
jean b.

Patchouli

6 Janvier 2008 , Rédigé par jean b. Publié dans #De tout un peu...

Ah, le patchouli... 

     Fin des années 60 et années 70, petits pétards, petites copines, petites sœurs, on se bisouillait sur la bouche, parce que c'était « révolutionnaire » ! On se défonçait allègrement, on allait aux concerts des copains, ou bien à celui de Gong, de Magma, voire les festivals de Spa ou de Valbonne, on écoutait des musiques californiennes psychédéliques chez les uns ou les autres, ou dans la Versailles (Simca) du copain. On se baladait à poil, on se promettait de s'échanger, mais, au fond, on restait très sages. Mais on s'aimait beaucoup. 

    Le sida n'existait pas, personne n'en est mort. Mais, au fond, on ne s'envoyait pas en l'air tant que ça, on était hyper romantiques. 

    Certains étaient politisés, et on allait vendre la cause du peuple ou Vive la révolution. Voire Libé, quand ces journaux se vendaient à la sortie des gares. On diffait des tracts maos ou  anars dans les fiefs PC, à Nanterre, par exemple... On y croyait encore. Aux slogans de 68. 

    Je sens que je vais avoir un coup de nostalgie, là, surtout lorsque je lis certains commentaires, ailleurs, qui sentent le racisme à plein nez. On s'est battus pour rien, on s'est fait entuber, et voir certains représentants des jeunes générations donnent aujourd'hui envie de gerber. 

    On était à côté de la plaque, c'est vrai. On planquait des déserteurs américains du Vietnam, on pensait accomplir des prouesses. On défendait, manche de pioche à la main, des grévistes yougo qui occupaient leurs maigres logements ouvriers, plus ou moins de fonction, contre les briseurs de grève du syndicat patronal., lors des grèves dures chez Citroën, au début des 70. Veilles de nuit et de quoi affronter physiquement une intrusion de commandos fachos. 

    Avec le recul, je vois que les choses n'ont pas tellement changé. Je ne regrette rien, sauf que je vois qu'il faut continuer encore et encore. Il y reste toujours des bastilles à prendre et des qui n'ont aucun scrupule à écraser ceux qui leur permettent de gonfler leur porte-feuille d'actions ou, tout simplement, de fric. 

    Je me suis un peu rangé des voitures, mais l'envie me démange encore, de plus en plus. Je crois que je ne changerai plus et, quelque part, heureusement !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Indigo 01/03/2008 15:52

Deux gouttes de patch tous les matins.. impression de me rester fidèle malgré les années qui passent...et oui heureusement que les injustices et les dysfonctionnements de notre monde nous révoltent encore...

minnoulechat 27/01/2008 12:42

bonjour, tres constructif votre sujet, je ne pense que se soit pire  qu'avant ou mieux aujourd'hui, les évènements politiques se répettent inlassablement depuis que le monde est monde. Mais je conçoit qu'autrefois les gens étaient plus humains qu'aujourd'hui, plus romantiques, de nos jours tout n'est qu'apparence, on montre, on étale, on fait semblant...on aimait la simplicité, aujourd'hui on complique les choses entre les êtres!felixlechat

Strange 12/01/2008 21:01

Oh bon sang que j'aurais bien voulu vivre à cette époque !! C'est superbement raconté !Milles bises Jean Suzy

Nath 12/01/2008 20:34

ne change pas jean bisousau fait, j'adore toujours le patchouli, ça m'a pas passé ça...hi hi hi

Patrick 10/01/2008 22:40

Oui, tu as raison , Jean, c'était mieux avant ... :)