Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
jean b.

L'écriture par besoin... (5) ou quelques lieux presque communs, utiles rappels...

30 Juillet 2006 , Rédigé par jean b. Publié dans #De tout un peu...

  Concernant les ruptures...

  Ce n'est pas évident de réaliser qu'on ait pu avoir sa part de responsabilité. Une fois cela fait, il faut le digérer, éventuellement tenter d'y remédier. Ça impose des remises en question, voire même de consulter. J'ai pris cette décision, alors que, durant ma dernière histoire, je ne suis pas certain du tout, et tout le monde autour de moi l'a dit, d'avoir été responsable de la cata finale.


  Il faut un peu d'humilité, je sais, ce n'est pas toujours facile. Entre l'adolescence plus ou moins bien digérée, les interventions et pressions extérieures, familiales et autres, ce n'est pas facile pour un mec (aussi peu facile pour une femme, d'ailleurs !) de mener une vie de compagnon (de compagne) saine, tranquille et, justement, libérée, débarrassée de tout ce passif inconscient, sans reproduire les mêmes erreurs, les mêmes c*nneries.

  Avant de reprocher à l'autre l'échec, la rupture, la détresse dans laquelle on se retrouve, pour de vrai pourtant, il faut avoir le courage de se remettre en question, soi-même, de s'interroger sur sa propre part de responsablilité. Et le plus souvent, cette dernière n'est pas négligeable, même si, sur le coup, on ne le voit pas et qu'on fait le reproche, de la situation, de l'échec, de la cata, à l'autre...

  Une rupture entraîne un chamboulement, il faut qu'il soit total, même en soi. Ça permet aussi, de relativiser les excès de l'autre, qui ne sont, le plus souvent, que le propre miroir des siens.

    En connaissance de cause...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

grandcoeur 23/10/2006 08:52

que dire jean b les mots seraient vains !
mes fils on traversait la même solitude lors d'une rupture !
de les entendres étouffer leurs pleures cela m'arrachait le ventre !
eux aussi vainement cherchés l'évasion dans la vie nocturne ! en vain ! et puis doucement en faisant des activités ! sport ! ils ont liés des connaissances saines ! et repris le chemin de la vie tout doucement !
au bout de deux ans ! le chemin c'est fait plus doux : et la vie plus appaisante !
quoi te dire ! que ta solitude et tes mots m'ont touchés et que par tes écris que je te trouve quelqu'un de bien et que tu mérites le bonheur
voilà pensées amicales sincères !
bien à toi Jean b !
grandcoeur

florence 18/08/2006 10:12

"Les hommes sont des femmes comme les autres ..."
Sourire ... Je n'avais pas pensé à cela ...

jean b. 17/08/2006 23:29


Etrange de voir que les hommes peuvent aussi avoir ces mêmes pensées, ces mêmes doutes, ces mêmes questions, ces mêmes turpitudes, ces mêmes papillons à l’estomac ...


    Les hommes sont des femmes commes les autres...

    Merci, touché...

florence 17/08/2006 23:01

Bonjour,
J’ai parcouru votre blog avec attention et c’est étrange comme, les enfants mis à part, je ressens parfois la même chose que vous ...

 

Je suis séparée de mon mari depuis plus de deux ans, en instance de divorce, et petit à petit comme vous, je tente de me reconstruire.

 

Etrange de voir que les hommes peuvent aussi avoir ces mêmes pensées, ces mêmes doutes, ces mêmes questions, ces mêmes turpitudes, ces mêmes papillons à l’estomac ... Je ne le pensais pas, stupidité, naïveté, je ne sais pas, peut être tout simplement pas habituée à ce qu’un homme se livre avec autant de clairvoyance et de simplicité ... J’ai l’impression de suivre cette même route, je me pose les mêmes questions et me remet sans cesse en question à en devenir complètement folle ...

 

On me dit souvent : Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir ...  On se raccroche à ce que l’on peut ...Et l'écriture il est vrai,est une bonne thérapie ...

 

Bon courage pour l’avenir et bonne route ...

TAMARA 09/08/2006 12:01

Très belle façon de voir les choses, tu es sur la bonne route. Le travail sera peut-être long mais si à quelque chose malheur est bon, tu en sortiras bonifié (J'ai paraphrasé mais c'est tellement vrai).
Courage Jean.