Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
jean b.

L'écriture par besoin... (4) ou de la difficile réadaptation à la solitude

13 Juillet 2006 , Rédigé par jean b. Publié dans #Nombril

  J'ai longtemps vécu seul, y compris lorsque j'avais « quelqu'un ». Les enfants, une semaine sur deux, ça fait une semaine seul, si je sais compter. Cet été encore, je ne les verrai que quelques jours, en transit, entre leurs vacances avec leur mère et leur départ en colo ou en séjour linguistique.

  « Accompagné », même à distance, la solitude était moins lourde, il y avait tous ces instants partagés sur la messagerie, à raconter nos journées, nos menus, les petits trucs remarquables, à commenter l'émission de radio qu'on écoutait en même temps, à s'envoyer des fichiers et des sourires.

  La maintenant, rien, personne, personne avec qui échanger, ni grandes idées, ni déclarations, ni petites banalités de la vie quotidienne. Je ne sais pas si ce n'est pas ça le plus dur, se retrouver vraiment seul de chez seul...

  Sortir ? Se changer les idées ? Oui, bof, le lettre de la banque me signifiant mon découvert et me recommendant de prendre contact au plus vite avec la gestionnaire de mon compte m'a refroidi. D'autant plus que, consciencieux, j'appelle pour prendre rendez-vous, on m'annonce qu'elle part en vacances et qu'elle ne reviendra qu'un peu avant la mi-août.

  Alors là, c'est reparti pour la gamberge, paralysé sur ma chaise, à attendre de personne un hypothétique échange. Se réhabituer, presque devoir se réapproprier sa solitude,  teintée de lassitude et de découragement.

  D'autant que, à force de stress, de tabac, d'alcool le soir, la santé n'est plus vraiment au top, je me décide seulement à refaire face à tout ça, mais j'avoue que je manque un peu de motivation. Je suis tout de même pressé de retourner voir le toubib, lundi, essayer de voir ce qu'on peut faire. Il aura eu les résultats de mes analyses et est au courant de mon état global.

  Alors voilà, j'avais plus ou moins vaguement l'idée de sortir, mais je ne le ferai pas. Sortir seul, pour quoi faire ? Essayer de trouver un endroit où ça s'amuse ? Je ne me sens même plus capable de danser. Aller me murger bêtement dans une brasserie ? Trop déprimant. Me scotcher devant la télé ? Pareil. Ah si, peut-être suivre la retransmission radiophonique des Francofolies de la Rochelle. Sauf que je n'aime pas tout. Mais faute de mieux. Et puis, retour au cercle vicieux, personne avec qui commenter.

  C'est dur, la solitude, quand on déborde d'envie d'échanger, de discuter, d'aimer...

  Je hais les vacances !

  (P... de nombril, quand vas-tu donc la fermer ?)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lirene 30/07/2006 22:27

la solitude c'est dure effectivement ces petits riens du quotidien , ces appels dans la journée , prendre des nouvelles , avoir un avis , un sourire , un soupir ....vivement retrouvre tout cela ...bisous jean!

jean b. 26/07/2006 23:11

  Merci, chère inconnue, pour votre commentaire, je suis touché. Par quel hasard, si ce n'est trop demander ?

mathica 26/07/2006 21:14

Cher vous,
Par hasard, et seulement par hasard, je suis tombée sur votre journal. Je dis journal, parce qu'il n'y a pas plus intime que ce que vous écrivez. Et j'ai envie, malgré cette douleur apparente, de dire que c'est beau...Beau de pouvoir faire sortir toute cette souffrance. Bien sûr que ça n'arrange pas les choses, mais mon Dieu que ça fait du bien. Et vous écrivez bien..J'aime les mots en général, les votres en particulier sont touchants...La souffrance est quelque chose de si subjectif, vous la faîtes passer... ça m'emeut.
Je vous souhaite de trouver le bout du tunnel sans trop d'égratinures. Et sachez que la vie est faite de ça, de choses belles, de choses un peu moins, que c'est grâce à ça justement que l'on grandit, qu l'on évolue. Et n'oubliez pas "ce qui ne tue pas rend plus fort"...
"mathica"

TAMARA 19/07/2006 12:23

Bonjour Jean,
Comme promis, je t'ai lu.
Ne désespère pas, tu vois le bout du tunel? mais il est encore loin?? Prend le temps de te "reconstruire" pour en sortir de ce tunel. Tes maux écrits noir sur blanc t'aident sûrement à retranscrire ce qu'il y a au fond, et du coup à accepter l'état dans lequel tu te trouves en ce moment. Mais comme tu l'as dit dans un de tes autres articles, tu as l'envie de t'en sortir, qu'importe le temps que ça prendra (en espérant tout de même qu'il soit le plus rapide possible), tu es capable de te remettre d'aplomb. Ne compte que sur toi même, n'espère pas une rencontre qui te fera oublier car comme le disait aussi chti, la vie est une tartine de merde, et on en mange tout les jours. Mais c'est à chacun de prendre les facheux évênements de façon à évluer dans le bon sens.
Je te souhaite vraiment beaucoup de courage.
@ bientôt Jean.
Et puis à ST GERMAIN il y a de grands espaces verts qui ne demandent pas de dépense particulière ;-)

jean b. 14/07/2006 16:06

Et  puis, toi aussi, tu passes du tutoiement au voussoiement ::-)