Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
jean b.

Histoire naturelle

18 Décembre 2008 , Rédigé par jean b. Publié dans #De tout un peu...

    J'étais parti fumer ma clope sur le « balcon », la cage d'escalier de la sortie de secours, avec vue sur l'extérieur. Sur le toit en terrasse des garages de la cité d'en face, une bande assez nombreuse de pigeons picoraient allégrement des miettes ou des graines balancées par des habitant(e)s de l'immeuble en vis-à-vis. Quelques chats, les chats sauvages qui squattent la fac, se régalaient de je ne sais quelle nourriture arrivée par le même biais que celle des pigeons.

    À un moment donné, les pigeons trop nombreux, ou l'un d'eux trop curieux, un chat s'en chope un, ce qui provoque l'envolée immédiate de l'ensemble des pigeons, partis se réfugier au sommet de l'immeuble. Le pigeon captif parvient à se libérer et va se réfugier d'abord dans un arbre, puis va rejoindre les autres.

    Bon, jusque là, rien d'extraordinaire, juste un épisode ordinaire de la vie des animaux urbains. C'est à ce moment-là qu'arrivent quelques pies, trois ou quatre, qui devaient avoir tout vu et qui se postent dans un arbre en surplomb, pas très loin des chats, et elles se mettent à les engueuler en jacassant comme des tordues, s'adressant visiblement aux chats. L'une d'elle s'est même approchée d'eux, assez agressivement, mais étant la seule à le faire, elle n'a pas insisté... Les chats se sont fait engueuler pendant près de cinq minutes avant que les pies n'aillent retourner vaquer à leurs occupations et laissent tomber l'affaire.

    On vit parfois des choses extraordinaires, j'ai regretté de ne pas avoir eu de quoi filmer sous la main...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Caty 07/01/2009 13:52

Bonjour Jean,Je réponds à ton mail ici sur le "bunker de Reims" ^_^J'aime aussi les personnes qui délirent à partir du réel, j'aurais aimé en connaître dans ma vie personnelle d'adulte.Je te souhaite ainsi qu'à tous tes proches une très bonne année 2009.Bisou,CatyPour l'article sur les chats et les pigeons, je crois qu'en fait ces femmes expriment une souffrance envers la cruauté et qu'elles perdent un moment le sens de la réalité. Le chat réagit comme un chat, le jeu faisant partie de son apprentissage pour chasser. Il peut lui-même être l'objet d'autres prédateurs comme l'homme notamment.  Il faut être très proche affectivement du chat pour lui faire comprendre que ce qu'il fait nous déplaît. J'avais réussi (sans violence) à ce que mon chat me ramène les lézards sans les tuer, en bon état, il me les posait devant moi et je les planquais vite fait dans le creux d'un mur en pierres. Il ne les cherchaient même pas après. En fait, les chats nous ramènent souvent leurs proies en croyant nous faire plaisir ^^. Je crois qu'il faut garder quand même un peu de bon sens dans sa révolte contre la cruauté du monde. Mais ça ne m'empêchera pas de sauver toujours la souris si je sais que le chat est nourri !! :))Re-bisou.Ton blog est super.

Michel 19/12/2008 06:22

Il y a bien deux dizaines d'années, j'ai vu des merles passer à l'attaque, en piquée, contre les chats, chez mes parents. Ils en avaient marre que les chats cherchent à les attaquer pour les boulotter... ou juste par jeu, par instinct de chat. Sur le moment, j'avais trouvé étonnant que les oiseaux, que je considérais comme les victimes normales des chats se rebiffent. Et puis j'ai réfléchi un peu et je me suis dit que j'étais vraiment très bête de penser ça. Heureusement que les persécutés se défendent, parfois !